Return to site

Pierre et Lucien GUILLON

Trapézistes

Pierre Guillon né en 1921 à Poissy et son frère Lucien, né en 1922, se passionnent dès leur tout jeune âge, aux arts du cirque. Leur oncle Georges Guillon anneliste[1] a créé en 1936, à Poissy, une école de cirque baptisée MARC’ONIS. C’est auprès de lui qu’ils, ont trouvé leur vocation et appris le métier. Ils auraient probablement démarré leur carrière plus tôt, si la guerre n’avait pas éclaté en 1939.

L’oncle Georges Guillon faisant l’acrobate sur le pont de Poissy dans les années 30

Affiche des MARC’ONIS de Georges Guillon Lucien et Simone Guillon

(Vers 1920)

Pendant la guerre, ils travaillaient tous les deux à l’usine Ford de Poissy et se produisaient en bénévoles dans des manifestations de charité, le Colis du soldat, la Fête des mères. Ils présentaient aussi leur spectacle au café GEZEQUEL au Mureaux. Le café Gezequel était aussi un dancing. Ceux-ci étaient interdits, et l’affichage d’un spectacle de cirque masquait ainsi le bal. Les gens dansaient entre deux numéros et un guetteur était chargé de les prévenir de l’arrivée de la police.

Ils se déplaçaient, par le train, chargés de tout leur matériel, dans toute la région à Verneuil, Vernouillet, Poissy, Villennes, Chanteloup… À l’usine Ford, qui travaillait pour les Allemands, ils s’étaient procuré en travail “perruque“ le matériel nécessaire.

En 1944, Pierre Guillon s’engage dans la 2e Division Blindée du Général Leclerc. Il participe à la campagne de France, à la Libération de Strasbourg et à la campagne d’Allemagne.

La guerre terminée, les frères passent professionnels et obtiennent leur premier contrat au cirque d’Hiver en 1946 où ils partagent la vedette avec les clowns Fratellini. Ils travaillent ensemble et ont repris le nom des MARC’ ONIS.

Dans les années qui suivent, ils se produisent dans la plupart des chapiteaux des grands cirques connus. C’est l’époque où les cirques sont itinérants. Ils vont de ville à ville, annonçant leur arrivée par des affiches. Le chapiteau est planté et tout le monde va voir le spectacle.

Les MARC’ONIS  au cirque MÉDRANO

            Les frères  Guillon à cette époque  se sont produits en France chez AMAR, PINDER, MÉDRANO, RANCY, BOUGLIONE, JEAN RICHARD, à l’étranger chez KRONE (Allemagne) et ZIRATRON CIRCUS (Israel). Leurs numéros les plus spectaculaires sont le double trapèze, l’avion et  la marche au plafond circulaire, voltige sur un trapèze suspendu sous un avions tournant à l’intérieur du chapiteau.

            Leurs numéros de double trapèze, aux rattrapes nombreuses et un saut de la mort, sont particulièrement périlleux.

            Dans les années 1947-50, suite à leurs mariages, ils créent un nouveau groupe avec leurs épouses qu’ils ont formées. Lucien  garde le nom de MARC’ONIS, Pierre prend pour pseudonyme BERGAM . Il s’associe avec Claude PROUST  et ils travailleront ensemble jusqu’à la création de l’école en 1963. Plus tard, Claude Proust vient habiter Verneuil sur Seine, où il était chauffeur de taxi.

Numéro unique réalisé par Claude Proust :

 Un seul port de pied en grand ballon, sans aucune sécurité !

            En 1963, Pierre arrête ses prestations pour se consacrer au professorat, où son frère Lucien l’assiste. Diplômé de la méthode Desbonnet (gymnastique à la mode après guerre) et armé d’études de kinésithérapeute, il s’engage dans la rénovation de l’enseignement du trapèze.  La base est la gymnastique, à laquelle il associe les apports de la barre au sol du danseur Boris Knassief.

            Il crée de nombreux numéros de trapèze dont le remarquable numéro des Antarès, récompensé par un clown d’Argent au Festival international de Cirque de Monte-Carlo.

Ses divers numéros sont produits en Belgique, en Allemagne, aux Pays-Bas, en Suède, en Italie, en Grande-Bretagne, au Portugal, en Pologne, en Turquie, et aux Etats-unis.

            En 1984, le Ministère de la Culture, en reconnaissance de la qualité exceptionnelle de l’école BERGAM, lui accorde un soutien.

            Plusieurs  élèves de BERGAM sont devenues des artistes dans les grands music-halls comme le Lido,, le Paradis Latin, le Moulin-Rouge, la Nouvelle Ève, le Crazy Horse Saloon

La salle de l’école, rue Montorgueuil à Paris.

C’est  toute premièere école des arts du cirque en France

L’école  BERGAM a créé la véritable école française du cirque.  C’est un vrai travail d’artiste. On apprend d’abord à respirer, à s’assouplir, on forme les muscles, mais on ne les déforme pas. On assure un corps sain à l’âme qui se veut saine. À l’école de la rue Montorgueuil, les élèves sont heureux de s’imposer des contraintes. C’est une leçon de calme et de patience. Le secret de la réussite d’après Pierre  Guillon est dans sa façon d’enseigner. Jamais on entend un mot plus élevé que l’autre, pas un cri, pas un reproche.Les professeurs sont des hommes calmes doués d’une patience infinie. Pour lui, un bon professeur doit avoir fait le métier. Son école, par sa qualité s’impose comme une des meilleurs du monde

Affiche de l’école

Les Antarès  au cirque MEDRANO

Pierre, Lucien et Simone Guillon

Article paru dans le journal Sud Ouest en 1981

De nombreux hommages lui sont rendus dans la presse internationale.

La réputation de Pierre Guillon et de son école dépasse les frontières. Bergam a participé à huit films et a conçu des exercices acrobatiques pour huit pièces de théâtre qui a été transmise dans une trentaine d’émissions télévisées, dont vingt “Piste aux Etoiles“. Il a collaboré avec Maurice Béjart. Pendant 15 ans, il est professeur Boulevard Bonne Nouvelle et 15 ans dans sa salle, rue Montorgueil. Il forme de nombreuses vedettes, passe sur pratiquement toutes les chaînes de Télévision, et est en contact avec de nombreux artistes du monde du spectacle. Bergam a atteint une réputation mondiale. Il enseigne le trapèze à la Comédie Française.

Photo publiée dans le Frankfurter Allgemeine Magazin du 8 mars 1991.

On reconnaît Pierre Guillon, en bas au centre.

Bergam prépare les artistes au Gala de l’Union (20 fois) et à celui des Grandes écoles (3ffois) au Gala de la médecine (3 fois) et au gala de la presse (4 fois)...

Il est en contact avec les artistes les plus connus Tous ceux qu’il a formés pour les différents  galas où qui ont fait appel à ses services  lui ont rendu hommage.

Bergam participe  à 10 films dont :

Fifi la Plume,  d’Albert Lamorisse

L’empire de la nuit, de Pierre Grimblat

Le retour de Fantomas  de Christian Jacques

YOYO de Pierre Etaix (1963)

Topkapi, de Jules Dassin (1964)

Hôtel Paradiso, de Peter Glenville

Le pays bleu de Jean Taccela (1976)

Pourquoi pas, de Colline Serreau (1977)

Les Ailes du Désir de Wim Wenders (1987)

Moonraker  avec seam Connery (James Bond )

Bergam à aussi participé à15 pièces de Théatre dont :

À vous de jouer de Félicien Marceau

Hôtel du Libre échange de Félicien Marceau

Intra Muros de Raymond Devos

Le camp du Drap d’Or

Vichy Fiction  au Théâtre de Strasbourg

Bergam a participé à de nombreuses émissions télévisées :

20 fois dans la “piste aux étoiles

3 fois dans “Stars of the Circus “ Los Angeles, USA

15 émissions de télévisions européennes diverses.

Gala de l’Union des artistes. Annie Duperret a été entraînée par Bergam

Au Gala de l’Union : de gauche à droite :

Jacques Séreys (comédie française)

Claire Motte (danseuse étoile de l’Opéra de Paris)

Odette Bergam (professeur)

Philippine de Rothschild dit “Phillipine Pascal“

Jean Paul Belmondo

Pierre Bergam et Jacques Daubian (professeurs)

BERGAM est en relation avec plus de cent artistes et personnalités, dont :

Claudine Auger ( James Bond girl) , Jean Pierre Belmondo, Claude Berry, Nicole Croisille, Marie Dubois, Françoise Sagan, Samy Frey, Bernard Giraudeau, Sir Alec Guiness, Gérard Jugnot, Christophe Malavoy, Guy Matchand, Georges Pileta de l’Opéra de Paris,   Collin Serreau, Charlotte de Turckheim, Baffie, Marie Christine Barrault, Clémentine Selarié, Annie Duperret, Jean Claude Drouot, Muriel Hermine, Sophie Marceau, Fréderic Mitterrand, Claire Motte, Francis Perrin, Jean Claude Trévoux, Paloma Picasso, Bernard Kouchener, Juliette Greco…

À Berlin avec Wim Wenders pour le tournage des “Ailes du Désir“,

 Palme d’or du Festival de Cannes en 1987

Avec Jacques Martin

Photo de Sir Alec Guiness dédicacée à Pierre Guillon en 1965 lors du tournage du film

  “Hôtel Paradiso de Peter Glenville.

Pierre Guillon avec Annie Duperret

À Hollywood, avec Bob Conrad, célèbre acteur qui a joué dans “Les Mystères de l’Ouest “

 

Dans les années 70, il s’installe à Vernouillet dans l’ancienne maison familiale. Il s’y produira, avec des élèves de son école, à la fête des associations de Vernouillet, deux fois au Parc des Buissons et une fois sous un chapiteau en 1994. C’est l’occasion pour certains de ses élèves débutants de se faire connaître.

 

 Francine Seni, aujourd’hui grande trapéziste, et meneuse de revue aux Folies Bergères,

 à la fête des associations aux Buissons

Fête des associations au Parc des Buissons

Pierre Bergam faisant marcher les enfants sur la corde raide lors de la Fête des associations aux Buissons

Pierre Guillon supervise aujourd’hui encore des numéros. Il a gardé de nombreuses relations dans le monde du spectacle.

Des élèves toujours au top, malgré les 95 années de leur prof:

[1] Un anneliste est un gymnaste évoluant aux anneaux

All Posts
×

Almost done…

We just sent you an email. Please click the link in the email to confirm your subscription!

OKSubscriptions powered by Strikingly